Histoire|

Il y a 400 ans, en pleine Contre-réforme, Villefranche-de-Rouergue, ville traditionnellement catholique et peu
touchée par le protestantisme, connaît de nouvelles formes d’expressions religieuses comme le développement du culte marial, en atteste la légende de Treize Pierre où en 1609, le charretier Colonges dont l’attelage est coincé dans la boue est aidé par la Vierge.

Parallèlement, l’année 1609 marque la création de deux compagnies de pénitents qui stimulent la foi des villefranchois, les engage à avoir une vie plus morale et à pratiquer la charité.

La confrérie des Pénitents bleus.

La confrérie des pénitents bleus fondée le 15 mars 1609 “en l’honneur du très saint sacrement de l’autel”, connaît un rapide essor et compte dans ses rangs des membres de la noblesse, du clergé et de la bourgeoisie.

Dès le mois de mai 1609, ils achètent un terrain en vue de l’édification d’une chapelle dont la construction s’achève à la fin de l’année 1610. Malheureusement, cet édifice connaît un terrible incendie dans la nuit du 4 juin 1673, suite au stockage de flambeaux mal éteints.

Dès 1674, les confrères confient la reconstruction de la chapelle à l’architecte de Saint-Geniez-d’Olt, Jean Parate.

L’édifice (actuellement visible rue du Sénéchal) est béni le 20 mars 1682 par Louis Fouquet, évêque et comte d’Agde, qui est en exil à Villefranche suite à la disgrâce de son frère, Nicolas Fouquet, surintendant des finances de Louis XIV.

Après quelques tourments inhérents à la Révolution, la chapelle est de nouveau rendue aux pénitents bleus.

Suite à la séparation de l’Eglise et de l’Etat en 1905, la chapelle est désaffectée et transformée en 1908 en salle des œuvres pour les paroisses de la ville. La chapelle est de nouveau ravagée par les flammes en 1939 (la couverture à l’impériale est détruite).

En 1976, la commune rachète le bâtiment et réalise en 1979 les premiers travaux pour la transformer en bibliothèque, inaugurée le 28 novembre 1981. Ne subsistent de la chapelle que le portail d’entrée, le clocheton, et une paire de lambris de bois sculptés sur le thème des instruments de la Passion du Christ.

La confrérie des Pénitents noirs.

La confrérie des pénitents noirs de la sainte croix est fondée le 17 juin 1609.

La charité est au cœur des préoccupations de ces confères, laïcs ou clercs, qui prient pour la population, apportent un secours aux pauvres et se chargent de l’enterrement des morts.

Ne disposant pas de suffisamment de fonds, les pénitents noirs se rassemblent, dans un premier temps, dans la chapelle Saint-Jacques. Plus tard, grâce au don de l’un de ses confrères, la confrérie fait construire une chapelle dont la première pierre est posée le 11 janvier 1642.

L’architecte Didry poursuit les travaux jusqu’en 1671. La même année, la chapelle est bénie par Louis Fouquet.

Toutefois, les travaux d’aménagement intérieurs se poursuivent tout au long du XVIIIe siècle où va prendre place une ornementation exaltant le culte de la croix et la Passion du Christ. Le plafond en bois est peint polychrome
en 1701 par l’atelier du peintre Guy installé à Villefranche-de-Rouergue. Le monumental retable doré à la feuille, réalisé à partir de 1709, donne à la chapelle sa pièce maîtresse.

Le bâtiment a été restauré à la fin du XXe siècle et représente aujourd’hui l’un des fleurons du patrimoine villefranchois.

A partir de 1682, les deux confréries accueillent des femmes dans leurs rangs. La confrérie des pénitents noir les intègre au même titre que les hommes tandis que chez les pénitents bleus est créée une confrérie des dames.

Pénitents bleus et pénitents noirs font de grandes et solennelles processions en ville jusqu’au sommet du calvaire où une chapelle a été édifiée en 1715 et reconstruite en 1821 grâce aux libéralités de Mme Veuve Saint Martin
Labastide…

Le souvenir des ces confréries est encore très vivace aujourd’hui. Deux chapelles, en parfait état de conservation, en sont un parfait témoignage, en particulier la chapelle des pénitents noirs, joyaux de l’art baroque en Occitanie.

Pour en savoir plus sur Villefranche-de-Rouergue, son patrimoine et son histoire :

Société des Amis de Villefranche et du Bas-Rouergue
amisvbr {@} gmail.com
villefrancheamis.canalblog.com
09 67 56 70 10
Permanences le mercredi de 15h00 à 17h00 à la Maison des Sociétés, place Bernard-Lhez

Shares

Les commentaires sont fermés.

Close Search Window
WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner Aller au contenu principal